Blabla, Coups de coeur | 0 | 3 commentaires

Le Cointreau je le connais surtout dans les cocktails : le fameux Cointreaupolitan bien sûr mais avant tout la soupe angevine, mélange de triple sec et de champagne. Mais le saviez-vous ? Le Cointreau, c’est angevin ! Et oui ! #angerspowaaa Alors on a profité des vacances pour prendre le temps de découvrir ce qui est proche de nous et ce qui fait notre patrimoine. Je n’avais pas vraiment prévu de faire un article sur cette visite en y allant mais finalement j’y ai appris tellement de choses sur le Cointreau que je me suis dit « et pourquoi pas ? » Alors j’espère que vous aussi vous allez apprendre 2-3 trucs

Les femmes à l’honneur

Dès les années 20 la maison Cointreau n’hésite pas à mettre en avant les femmes au coeur de ses campagnes de communication : des femmes fortes qui ont du caractère et du coeur. Une décision avant-gardiste poussée par Louisa Motais, la femme d’Edouard Cointreau. Sa mission au sein de l’entreprise ? Aider les femmes à explorer leur créativité, à bouleverser les codes. Et elle a fait bien plus que cela en ouvrant un hôpital pour les soldats de la guerre 14-18.

Laetitia Casta, directrice artistique

Après Dita Von Teese comme égérie Cointreau face caméra c’est Laetitia Casta qui représente désormais la marque angevine mais cette fois-ci derrière la caméra en tant que directrice artistique internationale.

Pionnier de la communication

En 1898, lors de l’Exposition Universelle de Bruxelles, Edouard Cointreau rencontre l’un des assistants des Frères Lumières qui lui explique alors le fonctionnement de la cinématographie. Le grand patron trouve cela tellement intéressant et innovant qu’il décide de faire une publicité : la première publicité de Cointreau et surtout LA première publicité au monde tout court ! Un visionnaire qui comprit rapidement que la communication était indispensable pour vendre son produit. Et qui comprit surtout que pour fonctionner une publicité devait « faire le buzz » comme on dit aujourd’hui. Scènes érotiques (de l’époque !), effets spéciaux… il adopte les codes de la publicité pour faire parler de lui.

Des archives incroyables

La troisième partie de cette visite est consacrée à la communication et la publicité de la marque : un long couloir parsemé d’anciennes affiches longe les grilles de mises en bouteille. On aperçoit au loin plus bas les bouteilles se remplir.

Et parmi ces affiches, un véritable trésor : des centaines de bouteilles de contrefaçons (et parait-il, elles sont encore plus nombreuses dans la salle des archives) ! Certaines parfois très bien réussies, d’autres légèrement plus faciles à détecter comme fausses. Le Cointreau : toujours imité, jamais égalé. Sa recette restera secrète mais une séance de dégustation en fin de visite permettra de bien découvrir les arômes de cette liqueur 100% angevine !

Une liqueur créée et distillée uniquement à Angers

Petit instant chauvin : le Cointreau est exclusivement angevin. Longtemps situés place Molière dans le centre-ville, les locaux de production du Cointreau sont, depuis les années 70, à St Barthélémy d’Anjou. C’est dans cet unique atelier de production que le triple-sec d’origine est distillé et exporté. Le saviez-vous ? 95% de la production est dédié à l’exportation !

 Cointreau Watercolor

Envie de visiter le Carré Cointreau ?
Visite sur réservation –  02 41 31 50 50
www.carre-cointreau.fr

*A boire avec modération bien entendu ! 😉

Tu aimeras aussi...

Envie de partager ton avis ? Laisse un commentaire

  1. Melo

    Testé et approuvé les cocktails fait par vos soins

  2. 😉

  3. Ah je l’ai visité il y a de ça 2 ans le Carré Cointreau ! Très intéressant d’ailleurs tu as raison 😉

Laissez un commentaire